1
Juin.
31
Déc.

Anisbroot ou le moule perdu



Dates et horaires

Du samedi 1 juin 2024
Au mardi 31 décembre 2024
10h43 à 10h43



Lieu

Rue piétonne autour du Marché de Noël
Place de la république
57200 Sarreguemines

Voir l'itinéraire


L'événement

Atelier pédagogique Spectacle ou animation

Pour conduire ce travail, nous proposons la démarche suivante :

Sélectionner des motifs porteurs de Sens et issus de Moselle Est.

Les réinterpréter avec une Designer culinaire. 

– Faire fabriquer ces empreintes (soit individuelles env 5cm/5, soit sous forme de planche de plusieurs empreintes différentes, ou encore en vis-à-vis motif ancien/motif contemporain) par un artiste ou un artisan.

– L’objet devra pouvoir être utilisé dans les cuisines et laisser une belle empreinte bien nette. 

– Les proposer en fin d’année à la vente au grand public pour relancer la recette de l’Anisbroot et l’ancrer localement à Sarreguemines sur les thèmes du Patrimoine. Il sera aisé de comparer au prix de vente en Alsace, s’agissant là-bas de moules en résine, et moins fréquemment en céramique brute. 

– Coupler la démarche avec une diffusion très large de la recette de l’Anisbroot avec la complicité du public.

– Organiser des dégustations et de la vente directe d’Anisbroot lors du Marché de Noël et de certains évènements. 

UN TRAVAIL DE RECHERCHE ET DE CREATION CONTEMPORAINE :  

Donc, à cette étape, il s’agit de faire une sélection de motifs ancrés localement, d’en retenir certains, et d’entamer la phase de création en imaginant de nouveaux symboles associés, ou du moins une réinterprétation contemporaine. Par exemple avec l’idée du vis-à-vis sur une même planche d’un motif ancien et de son équivalent. Des habitants pourraient être associés à cette étape.

UNE PHASE DE TEST ET DE PRODUCTION :

En vue de leur diffusion, effectuer les tests nécessaires, arrêter le format, la matière, le processus de fabrication, les délais, le packaging et le merchandising. Tester le produit à partir du prototype d’un artisan. Il nous semble que l’Office de Tourisme de Sarreguemines est le mieux positionné (boutique, gestion, attractivité, stand au Marché de Noël) pour assurer ensuite la diffusion en série de produits.

Le chiffrage du coût entrera dans cette étape, afin de connaître le seuil de production nécessaire, et en le confrontant à un prix plafond (seuil psychologique au-delà duquel il serait difficile de vendre le produit). Le potentiel d’un tel produit, s’il s’ancre localement, nous semble important.

DIFFUSION :

Le produit, lancé en production en série par l’Office de Tourisme pourra donc être mis en vente durant la période de fin d’année, en boutique et sur le Marché de Noël, apportant ainsi au territoire une véritable plus-value, avec une spécificité unique.

En parallèle, il conviendra de mettre en œuvre les temps forts imaginés : un stand attractif avec le concours d’habitants, des dégustations, des ateliers culinaires au Centre Socio-Culturel Rive droite et avec les enfants des Périscolaires.


Informations pratiques

Pourquoi lancer ou relancer la tradition du pain d’anis ou Anisbroot ?

Les Anisplätzie sont encore bien connus. Mais l’usage des gâteaux à empreintes avec motifs symboliques est étrangement absent de Moselle Est (quelques très rares attestations), alors que nous sommes entourés par les Speculoos (ceux à motifs) hollandais et belges, les Anisbredele à motifs allemands ou les Zimtwaffeln (cannelle), les Bricelets suisses, les Springerlés alsaciens, les gaufrettes scandinaves, et même les pains d’anis de Gérardmer et de Nancy (en vitrine, présenté comme spécialité lorraine !), héritage venu de Sainte Marie aux Mines (où ils sont attestés dès le 16e s). 

La recette varie, les ingrédients aussi, mais tous ces gâteaux sont faits avec des moules à empreinte portant des motifs traditionnels et symboliques attachés à la période de fin d’année.

Cette année, nous avons créé avec la Ville une collection de cartes de recettes incluant la recette de l’Anisbroot, et nous avons fait goûter aux habitants ces gâteaux méconnus, qu’ils ont adoré. Or les moules sont introuvables dans le commerce (ou de médiocre qualité), et nous avons été obligés d’utiliser des empreintes d’Alsace, qu’on trouve plus facilement sur les marchés de Noël.

Nous avons accès à une banque de données de motifs traditionnels de Moselle : motifs de prospérité sur le mobilier, linteaux sculptés, et surtout les Arbres de vie trouvés sur des plafonds 18e s en Estriche (moulages de plâtre, n’existe pas ailleurs en Lorraine) de Moselle germanophone. 

C’est certain, il y aura aussi à s’inspirer de motifs peints sur la vaisselle en faïence de Sarreguemines. 

Les motifs récurrents de ce type de biscuits semblent appartenir à 3 catégories : les scènes de vie quotidienne – la nature et les fruits espérés – les motifs symboliques gages de prospérité.

Mais nous souhaitons non seulement faire revivre d’anciens motifs, mais également les revisiter de façon contemporaine pour les inscrire dans notre époque.

 

Proposition Evènement-Le moule perdu-Anisbroot-01
Organisé par
Période
Du 19e au 21e siècle 1950-nos jours
Thématique
de l'alimentation
des arts et traditions populaires
de l'économie et du travail
artisanat Domaine artistique
Arts décoratifs
Lieu étudié
MOSELLE LORRAINE