16
Avr.

Conférence “La sculpture dans la région de Saint-Dizier au XVIe siècle “



Dates et horaires

Le jeudi 16 avril 2020
18h30 à 20h00



Lieu

1 place Aristide Briand
52100 Saint-Dizier

Voir l'itinéraire


L'événement

Conférence

Par Patrick Corbet, correspondant de l’Institut, professeur émérite d’histoire médiévale de l’Université de Lorraine

Les statues médiévales et Renaissance de la région de Saint-Dizier ont peu retenu les amateurs, dont l’attention s’est concentrée, pour le nord de la Haute-Marne, sur les chefs-d’œuvre conservés autour de Joinville. La zone bragarde comprend pourtant des pièces de valeur datables du XIIIe au XVIe siècle, notamment dans les églises de Saint-Dizier (voir à Notre-Dame l’importante Mise au tombeau), Eclaron ou Perthes. Aux environs de Chevillon, on retient les statues d’Avrainville et de Bienville.

Mais l’essentiel tient au fait que cette partie de la vallée de la Marne a été un des théâtres de l’activité d’une mouvance de sculpteurs jusqu’à présent ignorée : l’atelier « du Perthois » ou « de l’Est champenois », actif vers 1520, plutôt spécialisé dans le travail du bois et inspiré de l’art gothique tardif des Pays-Bas. Sa qualité et son succès (plus d’une soixantaine d’œuvres aujourd’hui répertoriées) ont contribué à tenir le district à l’écart des productions des artistes troyens, dominants dans le reste de la Champagne. Des œuvres marquantes de cette officine (dont on n’identifie pas le lieu d’installation) se découvrent à Moeslains (les trois statues d’un groupe du Calvaire), Sainte-Livière (deux figures de la Passion du Christ), Villiers-en-Lieu (une Pietà), Curel (une Vierge à l’Enfant et une croix monumentale, toutes deux exceptionnellement en pierre) et dans d’autres villages proches. A Ancerville, le Collège apostolique (treize statues sur culot) en constitue un témoin majeur. L’ensemble de cette production mérite de sortir d’une injuste obscurité.

Télécharger le programme

afficheconf
Terminé en 2020
Période
Du 16e au 18e siècle 1500-1648